Tribune

Etre moderne, redonner sa crédibilité à la politique

La période que nous vivons est particulière, et nous pousse plus que jamais à être responsable et moderne.

Nous vivons une période de crise sanitaire, économique et sociale qui s’ajoute à la crise environnementale et démocratique que nous connaissions.

Dans les mois qui viennent, notre mobilisation pour les Quimpéroises et Quimpérois doit être exemplaire et innovante.

Dans ce contexte, ce second tour des municipales est un moment particulier. Il nous engage pour l’avenir de notre ville et territoire, pas seulement pour les quelques mois à venir, ni pour le temps du mandat, mais bien pour l’avenir à long terme : rebond ou long déclin.

Ces dernières semaines, j’ai entendu les craintes et les espoirs des Quimpérois. J’ai entendu cette demande de dépassement des clivages politiques, comme j’ai entendu les peurs.

Vous m’avez confié votre refus du dogmatisme, votre volonté de barrage à l’écologie punitive, aux différentes formes de communautarisme ou à des visions économiques complètement dépassées.

Vous avez partagé avec moi vos doutes et votre manque de confiance face au revirement soudain, au renoncement facile, face à des pratiques que vous jugez clientélistes.

Tout le long de la campagne, j’ai vu la détresse de commerçants, d’associations et de citoyens qui n’étaient jamais écoutés car ils étaient en dehors d’un cercle restreint d’initiés.

J’ai rencontré les autres candidats ces derniers jours pour partager ce constat et essayer de dépasser les clivages et à priori.

Avec Isabelle Assih, nos programmes sont assez proches. Malgré le symbole du nom de leur liste, « Quimper ensemble » reste prisonnière d’une partie de sa liste dogmatique et « excluante ». Tout travail transpartisan est rejeté par ceux qui promeuvent une écologie doctrinaire, par ceux qui se complaisent dans une opposition systématique ou par ceux qui ne sont intéressés que par leur étiquette politique.

Avec Ludovic Jolivet, ce n’est pas une question de projet, sur cela, les discussions nous ont permis de voir qu’il n’opposait aucune résistance à nos exigences environnementales, démocratiques, sociales et économiques. En terme d’union, la place proposée à chacune des sensibilités aurait pu être séduisante. Mais c’est là la principale difficulté, le manque de convictions pour le bien des Quimpérois, une négociation de postes et d’intérêts particuliers en lieu et place d’un travail en commun pour l’intérêt général dans le respect des différences. Depuis la Présidentielle et les Européennes, l’actuel maire de Quimper n’a jamais montré sa volonté de construire avec des partenaires, il n’y a pas eu d’inflexion dans cette incapacité à travailler avec les autres pendant la crise sanitaire. On ne construit jamais seul, ni en exerçant des pressions et l’unique argument ne peut être la peur de la liste de gauche.

Avec Isabelle Le Bal, nous défendons ensemble une certaine forme d’indépendance et de liberté de parole. Nous avons des divergences même si nous pourrions nous retrouver sur certaines thématiques pour le développement de Quimper. Son expérience montre que les fusions d’entre deux-tours ne génèrent que confusion et instabilité.

Cela nous conforte dans notre conviction que les unions se font avant les premiers tours dans la transparence avec les électeurs.

 Je me suis engagée pour faire de la politique autrement et pour être utile aux Quimpéroises et Quimpérois. La confiance et le dépassement des idées reçues sont mes moteurs. Je n’ai ni confiance en Ludovic Jolivet ni en la liste d’Isabelle Assih pour réussir à dépasser les travers qui ont ponctuées la vie politique quimpéroise depuis trop d’années. Quimper mérite mieux que ce clivage qui oppose les mêmes personnalités depuis trop longtemps et qui freine le formidable potentiel de Quimper. J’ai incarné lors du premier tour cette alternative, ces dernières semaines m’ont convaincu que mon équipe et moi seront le seul véritable renouveau lors de ce second tour.

J’ai confiance aux Quimpéroises et Quimpérois, ayez confiance en vous. Osez l’Audace ! Osez le renouvellement ! Misez sur l’avenir !

– Annaïg Le Meur

Share Button